Nous sommes fiers de partager avec vous le compte rendu en images de notre dernière mission. Début Février, nous avons travaillé en collaboration avec l’agence des médias sociaux pour créer une opération marketing hors du commun.

À l’occasion de la sortie de son nouveau Countryman, MINI France a vu en French Folks un ambassadeur de choix pour son nouveau véhicule.

Fiers de cette confiance qui nous a été accordée et forts des valeurs que nous partageons avec la marque, nous avons mis sur pied une aventure authentique, un roadtrip comme on les aime.

Tout en mettant à l’essai le nouveau MINI Countryman nous avions à coeur de vous inspirer, de vous embarquer avec nous dans un trip hivernal qui vous donnerait envie de prendre la route à votre tour. Exit les destinations à la mode, plutôt que de vous proposer une vieille recette réchauffée sur les routes islandaises nous avons voulu sortir des sentiers battus, vous montrer que l’aventure est là, à notre porte.

Une roadmap bien préparée entre France, Espagne et Portugal et voici un groupe de potes lancé 6 jours sur plus de 2 000 km de bitume entre Biarritz et Lisbonne. Entre désert, mer et montagne sur un parcours ponctué d’Histoire, de rencontres et de découvertes gastronomiques nous avons vu des paysages merveilleux, partagé des moments uniques. Pris dans une tempête de neige ou lovés dans la chaleur d’un hôtel à l’architecture sublime, nous avons rajouté des lignes à notre histoire, portés par la joyeuse sensation de liberté propre au voyage.

Je vous invite à découvrir en texte et en images cette aventure, tel un journal de bord. 3,2,1 Action!

#Jour 1 : Biarritz/San Sebastian

Nous voici prêts à partir de Biarritz où nous récupérons les véhicules avant de prendre la route en direction du désert des Bardenas. L’excitation est grandissante. Nous avons tous hâte de découvrir ce premier lieu incontournable de notre roadmap, au point que nous oublions presque un membre de la team arrivé la veille à son hôtel. Une fois sur la route, nous profitons des deux heures de trajet pour nous familiariser avec l’ordinateur de bord. La guerre se fait rude dans l’habitacle, chacun y allant de sa dernière pépite musicale. Les basses limpides du système Harman Kardon nous accompagnent aux portes du désert où nous nous arrêterons pour déjeuner à l’hôtel Aire de Bardenas, un ensemble architectural inattendu en plein milieu de nulle part qui maintient le juste équilibre entre modernité et nature sauvage. Nous prenons quelques clichés de ce lieu atypique sans trop traîner, l’horloge tournant nous ne voulons pas rater le coucher de soleil, les journées d’hiver sont courtes et imposent une certaine rigueur niveau timing.

Nous pénétrons au coeur d’un décor digne du far west américain dans un ballet de poussière rouge projetée par la caravane de MINI Countrymans. Sous la lumière rasante du coucher de soleil, les ocres s’intensifient, les cheminées de terre s’érigent en gardiens du désert. À ce moment-là, nous sommes les héros de notre propre Western movie, sur un terrain de jeu sublime que nous ne quitterons pas avant le crépuscule.

C’est de nuit que nous quittons le désert de Bardenas Reales, direction San Sebastian, où nous passerons la nuit perchés sur une colline dominant la baie.

#Jour 2 : San Sebastian/Cangas de Onis

Le réveil est pluvieux mais nous décidons de maintenir l’itinéraire initial qui prévoit de sillonner la côte du Pays Basque espagnol. Sur la route nous profitons pleinement du paysage à travers le large pare brise et le toit ouvrant alors que la pluie torrentielle s’y écrase. Ce vacarme hypnotique est une sensation fréquente en roadtrip. Alors que les éléments se déchaînent au dessus de nos têtes, le charme des falaises sombres qui s’effondrent dans l’océan démonté nous est offert en première séance, dans le confort chaleureux de notre véhicule. Ne manquent plus que les pop corns. Le stop principal de la journée sera la découverte de Gatzelugatxe, une presqu’île chargée d’Histoire sur laquelle trône un ermitage du Xème siècle. La pluie ayant cessé, nous profitons de ce lieu magique toute l’après midi avant de reprendre la route vers notre prochaine destination: les Pics d’Europe.

#Jour 3 : Cangas de Onis/Las Medulas

Après une nuit passée au pied du parc national des Pics d’Europe, nous optons pour un réveil très matinal dans l’espoir de capturer le lever du soleil sur le lac d’Enol.

À peine arrivés au lac encore dans l’obscurité la plus totale, nous attendons les premières lueurs alors qu’il commence à neiger. Il ne faudra que quelques minutes pour que la légère chute de flocons saupoudrant les pics rocheux qui nous encerclent se transforme en une véritable tempête de neige. Le genre de tempête qui se joue de la gravité, envoyant une salve continue de missiles blanc projetés à l’horizontale. Équipés de pneus neige et confiants dans l’efficacité des 4 roues motrices de nos Countrymans, nous continuons lentement notre progression sur la route du col avec une visibilité quasi nulle. Un choix qui s’avéra payant lorsque la tempête prit fin, laissant place à un monde majestueux teinté de blanc et de bleu. Nous passerons la matinée à shooter les vues spectaculaires sur les montagnes du parc enveloppées de leur manteau glacial.

Nous reprendrons la route dans l’après-midi en direction de Las Medulas, site classé au patrimoine mondial de l’UNESCO. Ces collines de terre rouge parsemées d’une végétation au vert intense s’avèrent être un paysage unique façonné par la main de l’Homme. Ce qui ressemble à une curiosité géologique est en réalité un site d’exploitation minière de l’époque Romaine, qui une fois encore nous saisit par sa beauté. Réchauffés par ces couleurs vives et la végétation aux accents du sud nous prenons une petite pause avant de continuer notre périple.

#Jour 4 : Las Medulas/Coimbra

Dernier jour en Espagne avant de rallier le Portugal, nous nous affranchissons de l’itinéraire que nous avions prévu au départ, celui-ci s’avérant trop complexe et éprouvant. Nous nous laissons porter par les grands espaces en direction du sud. Par ci, des déserts à l’allure australienne se détachent sur les montagnes enneigées que nous venons de quitter, par là des forêts de pins fendues par des tronçons de bitume rectilignes me rappellent le Canada. Nous nous délectons de ces instants d’exploration spontanée en nous arrêtant sur le bord de la route chaque fois qu’un paysage nous séduit.

Le Portugal nous accueille avec un soleil radieux qui nous avait manqué jusqu’ici. C’est donc bercée de lumière que nous découvrons la vallée du Douro, une splendeur que la route traverse entre vignes et vallons creusés de magnifiques rivières.

La beauté de ce pays ne faisant plus aucun doute nous sommes tous impatients de découvrir les surprises que nous réservent les prochains jours.

Nous passerons la nuit à Coimbra, le temps de profiter de la qualité de la gastronomie et du service portugais, pour conclure une journée merveilleuse. Demain nous prendrons la route pour Nazaré où les plus grandes vagues du monde nous attendent…

#Jour 5 : Coimbra/Areias Do Seixo

Moment très attendu du voyage, nous arrivons à Nazaré pour rencontrer Justine Dupont, surfeuse de l’extrême qui s’entraîne quotidiennement sur ce spot mythique.  Réputée pour avoir affronté les plus grosses vagues jamais surfées, la vice championne du monde nous gratifia de son temps et de sa bonne humeur, échangeant avec nous sur cette passion dévorante et les sensations qu’elle lui procure. Elle nous offrit l’occasion d’immortaliser une belle session de surf sur une des plus grosses vagues de la journée. Journée toujours inondée de cette belle lumière qui semblait ne plus vouloir nous quitter.

Nous apprendrons le lendemain qu’elle aura surfé la plus grosse vague de sa vie, d’une hauteur de 30 mètres.

Nous décidons de nous restaurer dans les rues typiques et colorées de cette petite ville côtière avant de tracer notre chemin. Un restaurant à la devanture sobrement bardée de bleu et de blanc nous propose sa pêche du jour, le temps y est doux, le bruit des vagues nous berce… on se croirait en été.

Nous étions prévenus que l’hôtel du soir, Areias Do Seixo, méritait une arrivée anticipée, que le cadre de ce dernier était une invitation totale à la relaxation et à l’émerveillement. Malgré cela, la gifle fut totale, aucun mot ne pourrait suffire à décrire cet endroit. Un design et un service irréprochables, un lieu sorti tout droit de l’imaginaire d’un visionnaire. Chacune de nos chambres s’ouvre sur un parc arboré à deux pas de l’océan dont on entend au loin le murmure. Un feu de camp illumine le centre du parc à l’heure bleue, nous nous y regroupons tous pour déguster de délicieux vins portugais en se ressassant les premières anecdotes du voyage.

Un moment de sérénité et d’apaisement bienvenus après 5 intenses journées de route.

#Jour 6 : Areias Do Seixo/Setubal

Les batteries rechargées après une nuit au paradis, nous avons à coeur de conclure l’aventure en beauté.

La ville de Sintra, située dans un parc classé au patrimoine culturel de l’humanité sera une fabuleuse découverte dès le premier stop de la journée. La nature y est somptueuse et luxuriante, une forêt tropicale recouvre plusieurs collines pour cacher les palais et châteaux de l’ancienne royauté portugaise. Les routes étroites et sinueuses pimentent la conduite dans ce hameau historique, à tel point que nous ne résisterons pas à la tentation de voir Lyes dévaler quelques virages sur son skate.

La journée se poursuit dans le parc naturel d’Arrabida. Son paysage rocailleux et sauvage qui surplombe la mer me rappelle les calanques de Cassis. Nous nous arrêtons faire une pause à Portinho Da Arrabida, petit village de pêcheurs aux saveurs méditerranéennes. Il fait bon vivre au Portugal et nous oublions presque l’heure butoir pour prendre le ferry qui nous emmènera de  Setubal à Comporta, dernière étape du voyage.

Le soleil se couche doucement pendant la traversée, nous offrant un dernier moment de magie. De l’autre côté, la route nous mène doucement vers un ancien hameau de pêcheurs rénové en magnifiques petites chambres d’hôte, nommé Casas Na Areia. C’est ici, les pieds dans le sable, que se termine notre belle aventure.

Nous remercions chaleureusement tous nos compagnons de voyages, Nico, Stefan, Mathieu et Cyril et bien entendu MINI France pour nous avoir fait confiance en partageant avec nous la vision d’une nouvelle façon de communiquer.