En juin dernier, j’ai eu la chance de partir en couple à la découverte de deux magnifiques îles de l’archipel des petites Antilles séparant la mer des Caraïbes de l’océan Atlantique, dans le cadre d’une mission pour CORSAIR International. La compagnie aérienne française a choisi d’envoyer trois membres de French Folks pour promouvoir plusieurs de ses destinations.

Pour notre premier voyage dans les îles, nous sommes partis explorer pendant 10 jours la Martinique et Sainte-Lucie, deux destinations très différentes de mes précédents road trip (plutôt dans la montagne et dans les pays nordiques).

C’est avec enthousiasme que nous vous invitons à embarquer avec nous à travers un programme riche en activités nautiques, plages paradisiaques et forêts tropicales qui nous l’espérons vous donnera envie de partir à votre tour.

Jour du départ, à l’aéroport d’Orly nous prenons le temps « d’errer » dans le salon lounge de Corsair où nous nous attardons volontiers autour du buffet froid et des macarons ! Pour les boissons, nous optons pour les classiques thé et café mais d’autres boissons sont bien sûr proposées. Après cette pause gourmande et rafraîchissante il est déjà l’heure d’embarquer pour notre premier vol en classe « Grand Large ». Allongés confortablement au fond des sièges, une couverture sur nos jambes, nous buvons volontiers une coupe de champagne pour l’apéritif, et savourons le repas préparé par un chef cuisinier. Durant 8h, ce sera une alternance entre visionnage de films et siestes jusqu’à l’arrivée à Fort-de-France.

La Martinique en 4 jours

Jour 1 : Les eaux turquoise de la baie du François à Sainte-Anne

Après une bonne nuit de sommeil dans la maison que nous louons à Sainte-Luce, nous partons photographier le premier lever de soleil sur la plage d’Anse Figuier. Le ciel derrière les palmiers se teinte doucement de rose et laisse passer les premiers rayons de soleil. Dans le sable se baladent des petits crabes appelés « violonistes » qui par curiosité viennent scruter les appareils photos rangés dans nos sacs. A 9h, nous avons rendez-vous avec Dédé un pêcheur de la baie des Mulets pour une excursion dans la fameuse « Baignoire de Joséphine ». Après une dizaine de minutes de navigation, grande surprise lors de notre arrivée dans les fonds blancs où nous constatons être le seul bateau présent. L’ancre jetée, nous contemplons l’eau translucide qui est un vrai appel à la baignade. L’après-midi nous décidons qu’un peu d’ombre sera la bienvenue pour notre peau et attendons que le soleil se couche sur la grande plage des Salines, au sud de l’île. Cette plage est une étendue de sable blanc bordée par une multitude de palmiers.

Jour 2 : Distillerie et plage volcanique

Qui dit Martinique dit Rhum ! Nous sommes donc aller visiter l’Habitation Clément dans la région du François. Le domaine agricole est immense, avec ses plantations de cannes à sucre, sa maison créole et ses bâtiments d’exploitation. L’odeur du rhum nous accompagne durant toute la visite qui se termine par une séance dégustation. L’orage plane au-dessus de nos têtes et la pluie commence à tomber sans retenue. Il faut se mettre à l’abri et faire attention aux chutes de noix de coco.

Le clou de la journée fut sans hésitation notre moment passé à l’Anse Noire. Cette plage volcanique ressemble à une petite crique secrète, habillée de sable noir, avec un ponton comme seul aménagement. Nous arrivons dans ce lieu éloigné de toute civilisation, après l’orage. Les nuages se mêlent sous nos yeux aux lumières orangées de fin de journée pour un spectacle époustouflant. Il n’y a pas assez de mots pour décrire cette palette de couleurs, les photos sont toujours plus parlantes.

Jour 3 : Exploration de la côte Sud et des Anses d’Arlet

Nous décidons de retourner à la grande plage des Salines pour y capturer les premiers rayons de soleil. Nous sommes accompagnés par les chats sauvages habitant la plage, ces derniers sont intrigués par le bruit des appareils photo et par la bouée en forme de donuts que Claire « trimballe » sur la plage.

C’est équipés de nos masques, tubas et palmes que nous partons à la recherche des tortues à l’Anse Dufour, lieu connu pour héberger cette espèce marine si mignonne ! Ni une ni deux, à peine immergé dans l’eau je tombe nez à nez avec une énorme tortue pour ma plus grande joie, et appelle Claire pour qu’elle vienne profiter de ce spectacle peu commun. Il faut être attentif, les tortues se déplacent vite !

Plus tard dans l’après-midi, nous ferons la rencontre d’une autre tortue, cette fois-ci plus petite.

Jour 4 : Le Nord de l’île : du Carbet à la Montagne Pelée

Départ à 7h30 direction la côte ouest de l’île pour embarquer sur le catamaran du skipper LEDOUX à la plage du Carbet. L’objectif de cette virée en catamaran est bien entendu d’admirer les reliefs du Nord de la Martinique, mais surtout d’observer les dauphins dans la Mer des Caraïbes. Là aussi la chance est avec nous et nous passons des heures à contempler les cétacés s’élancer devant le catamaran avec une agilité remarquable.

Il est midi, nous revenons sur la terre ferme et allons déguster dans le restaurant situé sur le bord de la plage, des plats de poissons fraîchement pêchés le matin même. C’est tout simplement un délice ! Il fait très chaud, nous choisissons alors de prendre la route direction la Montagne Pelée située à environ 30 minutes du Carbet. Au fur et à mesure que nous montons, le ciel se charge de nuages, le brouillard est également au rendez-vous. Une fois le parking atteint nous débutons la randonnée de ce fameux volcan toujours en activité. L’air frais et humide nous accompagne dans notre marche à travers une végétation tropicale dense. Les teintes du paysage qui nous entoure forment un dégradé de verts. Le brouillard cache le sommet du volcan, et parfois, balayé par le vent, il laisse les reliefs se dévoiler face à nous. L’endroit est magnifique ! Sur le retour nous empruntons la route des traces. Il faut rester attentif pour dénicher au milieu de cette forêt tropicale les bassins d’eau de source où l‘on peut se baigner. Claire en repère un, nous faisons un petit stop pour une session baignade très rafraîchissante.

C’est déjà notre dernier soir en Martinique. Nous sommes invités à partager un repas avec la famille d’Eddy (propriétaire de notre maison de location) pour l’anniversaire de son fils aîné. Au menu, poulet au barbecue, riz créole (succulent mais épicé). Après une soirée riche de débats en tout genre, nous terminons sur une note sucrée avec la traditionnelle brioche à tremper dans un bol de chocolat au lait. La fatigue nous gagne et c’est avec le ventre bien plein que nous nous écroulons de sommeil.

En bref la Martinique :

On a adoré l’accueil et le sourire de ses habitants.

On a été étonné par la diversité des paysages de l’île, passant des plages paradisiaques à la forêt tropicale, ou encore aux champs de bananiers s’étendant à perte de vue.

On a été ému de pouvoir observer les tortues et les dauphins dans leur milieu naturel.

Une semaine à Sainte-Lucie : Découverte de l’île sur terre et en mer

Nous arrivons à Sainte-Lucie par le nord de l’île, à CASTRIES. Puis nous partons direction la Soufrière à bord de notre taxi. Nous avons choisi de visiter cette région de l’île, assez méconnue des français, pour ses reliefs, qui nous paraissaient plus intéressants pour la photographie. Nous ne sommes pas déçus. Au fur et à mesure que la route défile, la végétation se densifie, les routes sont de plus en plus sinueuses et raides et nous apercevons au loin les deux pitons, majestueux qui semblent dominer toute la côte ouest de l’île.

Le sud de l’île est beaucoup moins touristique que le nord, ce qui nous a permis de découvrir la Sainte-Lucie authentique et typique. En effet, cette partie se distingue par des sites naturels exceptionnels qui viennent remplacer le décor plus urbain et les stations balnéaires du Nord.

Nos premières impressions sur le paysage : SAUVAGE et MAGNIFIQUE.

A travers les vitres du taxi nous observons d’un œil curieux les villages de pêcheurs avec leurs habitations en bois, colorées et assez petites. Au bord de la route il y a de nombreux chiens et même des chiots, mais ce n’est pas le moment d’en adopter un !

Après plus d’une heure de route nous arrivons au village de la Soufrière vers 11h. Devant chaque maison on peut observer des étals de fruits et légumes à vendre. Les rues sont remplies de monde, c’est très animé. Il nous faut prendre un bateau de pêcheur pour se rendre à Jade Mountain Resort où nous séjournons. L’hôtel est situé sur les hauteurs de la falaise qui domine la très belle plage d’Anse Chastanet. L’endroit est époustouflant, on se sent coupé du monde en un instant. Les seuls bruits que l’on entend sont ceux des vagues et des oiseaux. Il est midi, c’est l’heure de prendre des forces avant de poser les valises dans la chambre. Notre hôtel, comme la plupart des hôtels de la Soufrière proposent toutes sortes d’excursions. Nous avons donc centré notre séjour sur l’île à s’adonner aux diverses activités nautiques et visites possibles.

Les plages paradisiaques

L’Anse Mamin au sud ouest de l’île est difficilement  accessible, ce qui en fait un endroit isolé et calme. Nous nous y sommes rendus à pied, en empruntant le sentier depuis la plage d’Anse Chastanet. Nous nous souviendrons longtemps de ce moment de détente, éloignés de toute civilisation.

L’Anse Chastanet, avec son sable noir d’origine volcanique contraste avec le turquoise de l’eau. Cette plage est sans aucun doute l’un des plus beaux spots de snorkeling de l’île ! Avec des fonds marins immergés du volcan, qui constituent un récif abritant une faune et une flore très riche. Nous avons pu y observer un bon nombre de poissons.

L’île et ses activités nautiques

En plus du snorkeling, nous nous sommes initiés aux joies du paddle à la plage d’Anse Chastanet. Une session par jour a été idéale pour travailler notre gainage et nos jambes. Puis c’est au tour de découvrir le kayak de mer ! Après avoir bénéficié d’un cours complet sur la façon de pagailler, de se retourner ou encore de secourir une personne, nous sommes partis longer les côtes de la Soufrière jusqu’aux pitons. L’eau sous le kayak était translucide, et la vue époustouflante une fois de plus. L’un de nos meilleurs moments sur l’île fut sans hésitation notre sortie à bord d’un voilier pour le coucher du soleil. Comme en Martinique, les teintes rosées et orangées étaient au rendez-vous pour nous couper le souffle.  Face à nous, les pitons. Ces deux aiguilles géantes procurent au paysage de Sainte-Lucie force et caractère. Nous y retournerons sans doute un jour pour nous rendre à leurs sommets et observer la vue qui doit être incroyable.

A la découverte de sites exceptionnels au charme sauvage

Nous sommes partis en taxi visiter le Diamond Botanical Gardens. Ce parc expose une végétation luxuriante, avec en prime une cascade de soufre. Nous avons profité des lieux pour nous baigner dans les bassins d’eau sulfureuse, situés au milieu du parc.
Le même matin, nous nous sommes rendus au Sulphur Springs pour assister au spectacle de la nature volcanique en pleine action. Sur les hauteurs nous observons, depuis une balustrade, le cratère aux multiples teintes, fumant devant nous, la lave en fusion bouillonnant à quelques mètres. Bien entendu, les odeurs de soufre, comparables à un œuf pourri sont au rendez-vous, mais la scène sous nos yeux en vaut largement la peine. Un peu en contre bas du cratère, nous profitons d’une petite cure thermale naturelle dans les bains bouillonnants chargés de soufre. A la sortie, notre peau est douce comme celle d’un nouveau-né !

Petit bonus, dans la région de la Soufrière, il est possible de visiter des plantations locales. Nous nous sommes rendus à celle de Jade Mountain. La visite fut un véritable appel aux sens, où nous avons pu toucher, sentir et surtout goûter les variétés de fruits qui foisonnent dans ce jardin tropical.

En bref Sainte-Lucie

On a été surpris par les routes, pentues et tortueuses.
On a aimé les paysages reculés composés de montagnes, de forêts tropicales et de petits villages de pêcheurs.
On a vécu un vrai voyage culinaire pour nos papilles.

Le jour du retour, après un premier vol de moins d’une demi-heure, nous arrivons à Fort-France. Il nous reste quelques heures pour profiter du salon lounge de CORSAIR avant d’embarquer. Arrivés à bord, le repas tout aussi délicieux qu’à l’aller nous est servi, puis après un bon expresso, nous nous endormons jusqu’à l’atterrissage à Paris ORLY.